Article rédigé par Bahia Bedjaoui de parents-apaises.fr

Aujourd’hui, j’ai envie de te raconter l’histoire de Justine.

Justine a été élevée par une Maman qui avait à cœur d’avoir une maison et une famille parfaite et un papa qui travaillait beaucoup. Elle a fait des études, s’est mariée avec l’homme qu’elle aime et vit dans une jolie maison.

Justine est comblée : Elle a absolument tout ce qu’elle a rêvé d’avoir. Et en plus, elle est enceinte ! Elle s’imagine déjà en train de bercer son bébé, un sourire angélique sur les lèvres, écoutant les petits gazoullis et respirant son odeur. Elle rêve de moments joyeux en famille où elle et son mari joueraient avec leur petit, en riant de bonheur… Ah ! Comme ce serait magique !

Et Justine accouche.

Après l’accouchement, rien ne se passe comme prévu

Rien du tout.

Dès sa rentrée de la maternité, Justine se retrouve seule avec un bébé qui pleure tout le temps. Elle ne parvient pas à le calmer et cela la stresse beaucoup. Elle pensait que la maternité était innée et elle se sent gauche.

Ses proches viennent lui rendre visite et sont en admiration devant le bébé. Justine cherche des explications mais elle se rend vite compte que chacun a un avis et qu’au final, elle ne sait toujours pas quoi faire face à son bébé. Certains lui disent « laisse le pleurer » et d’autres « on ne laisse pas pleurer un bébé ».

Elle n’ose pas demander à l’aide. Après tout, sa mère s’est toujours débrouillée toute seule et n’a jamais eu besoin d’aide. Une mère doit savoir s’occuper de son enfant.

Justine ne dort plus que 2 ou 3 heures par nuit. Les cernes s’allongent sous ses yeux. Elle se sent vidée. Heureusement, son mari se lève les nuits de week-end, la laissant récupérer un peu. Mais elle voit arriver le dimanche soir avec angoisse. Passer encore ses journées seules avec son enfant, c’est trop dur !

Elle ne s’attendait pas à ça quand elle voulait être mère

Elle ne s’attendait pas à ne plus avoir une seule minute à elle. Même prendre une douche devient un luxe !

Elle ne s’attendait pas non plus à passer d’une émotion extrême à l’autre. Une minute, elle déborde d’amour inconditionnel pour ce petit être extraordinaire, et la minute d’après, elle avait envie de le jeter par la fenêtre !

Justine est effrayée par l’intensité de ses émotions. Jamais elle n’a ressenti ça avant d’avoir son bébé. Que lui arrive-t-il ?

Malgré tout, elle tient bon… Bon an, mal an, les semaines et les mois passent. Justine fait de son mieux pour être une bonne mère pour son bébé.

Son fils grandit. Il est éveillé et souriant. Justine l’aime plus que tout au monde.

A deux ans, son fils commence à faire des crises, à s’opposer systématiquement à ce qu’elle lui demande. Il ne veut plus son yaourt, ni prendre son bain, il se roule par terre quand elle veut l’habiller.

Justine ne comprend plus rien. Sa mère lui dit « tu dois lui mettre des limites, sinon il va devenir tyrannique ». Son mari lui dit « tu n’es pas assez ferme, il a besoin d’une bonne fessée ». Mais ça fait non dans le cœur de Justine. Elle sent qu’il y a une autre voie.

Pourtant, et malgré son intense amour pour son fils, elle est encore traversée par d’intenses émotions. Elle baisse les yeux quand elle croise la voisine qui doit l’entendre hurler après son fils. Son mari se moque d’elle « tu ne veux pas le punir, mais tu lui hurles dessus sans raison ».

C’est vrai. Justine ne comprend pas pourquoi certains jours, elle est la meilleure maman du monde et d’autres, elle devient une furie, une maman enragée qui hurle, fulmine, dit des choses affreuses à son enfant.

Elle se sent coupable. Elle ne sait pas à qui en parler.

Alors elle cherche des réponses dans les livres, sur Internet. Elle trouve des centaines de conseils en éducation. Elle se dit « chouette ! Tous ces outils vont changer ma relation avec mon fils ! ».

Mais rien de change. Elle a bien essayé de les appliquer, mais la plupart du temps, ça ne fonctionne pas. Elle se dit « peut-être que je suis nulle, peut-être que je ne suis pas faite pour la bienveillance ? ».

Justine se sent de plus en plus mal dans son rôle de Maman.

Plus le temps passe, plus elle se sent fatiguée, irritable. Un rien la met en colère. Elle n’a plus aucune patience.

Un jour, elle comprend que le problème ne vient pas de son fils

Un jour son fils fait une nouvelle crise de colère. Justine sent sa gorge se nouer, son cœur s’emballer, son bras se tendre et sans vraiment comprendre comment, elle le gifle de toute volée. Encore sous le choc, elle voit sa tête tourner sous la force du coup, la marque rouge sur sa joue… Et ses pleurs qui lui déchirent le cœur.

Elle comprend alors qu’elle ne peut plus continuer. Elle comprend que le problème ne vient pas de son fils mais d’elle.

Elle a besoin de savoir qu’elle n’est pas folle et qu’elle n’est pas une mauvaise mère ni une mauvaise femme.

Ce que Justine a découvert

Je connais Justine.

C’est moi et c’est les Mamans que je suis dans ma pratique de coach.

Non, Justine n’est pas folle. Elle fait juste du mieux qu’elle peut avec son histoire et les éléments intérieurs dont elle dispose.

Elle n’a jamais appris à reconnaître et à gérer ses émotions. Ses parents lui ont toujours demandé d’être forte et lui ont inculqué la croyance qu’une émotion est une faiblesse. Alors elle les réprime et au lieu de les exprimer sainement, elles explosent.

Et comme la très grande majorité des mamans, Justine est stressée.

« Mais je ne comprends pas », dirait-elle interloquée, « j’ai, tout pour être heureuse : une belle maison, un mari que j’aime et qui m’aime, un enfant magnifique et en bonne santé…

Et pourtant, comme toutes les mamans, Justine cumule de nombreux facteurs de stress :

  • la fatigue chronique (voire l’épuisement),
  • le sentiment d’impuissance devant les comportements incompréhensibles et imprévisibles de son fils,
  • la pression du temps : elle a tellement de choses dans la tête et tellement de choses à faire (la fameuse charge mentale !).
  • Les jugements de son entourage
  • le manque de liberté et les contraintes que représentent la maternité
  • le refoulement de ses émotions : elle a refoulé la peur ressentie lors de son accouchement et lors de la perte de sa tante qu’elle adorait,
  • Le poids de l’enfance : la maternité a réveillé en elle des émotions qu’elle avait enfouies très profondément.

Et tout cela s’accumule avec le stress quotidien qui n’est pas forcément lié à son statut de maman. Ça fait beaucoup pour une seule personne !

Alors comment faire pour aider Justine dans son rôle de maman ?

Cette perte de contrôle, ce sentiment d’épuisement et de découragement ne sont pas une fatalité.  Quelques nouvelles habitudes peuvent facilement en venir à bout.

Justine a besoin de :

  • s’occuper d’elle d’abord : dur de faire comprendre à Justine que quand elle se sent bien, elle est beaucoup plus calme et patiente avec son fils… Pourtant, il suffit de 15 ou 30  minutes par jour pour souffler et se ressourcer.
  • Améliorer son sentiment d’être une « bonne maman » en faisant le deuil de la maman parfaite (qui n’existe pas !)
  • Apprendre à identifier ses agents stresseurs pour voir comment les diminuer,
  • Reconnaître, comprendre et gérer ses émotions et ses pics de stress,
  • Guérir ses blessures d’enfance, parce c’est de là que viennent beaucoup de ses réactions excessives.

Si Justine mettait quelques unes de ces solutions en place, petit pas après petit pas, elle se sentirait rapidement plus sereine et plus confiante. Elle arriverait à gérer les émotions qui montent en elle avant qu’elles ne débordent. Elle se sentirait plus apte à écouter son fils, sans « partir dans les tours ». Et quel bonheur elle ressentirait alors !

Justine a-t-elle appliqué ces solutions de parentalité ?

Je ne sais pas… Mais moi oui en tous cas !

Et aujourd’hui, je suis une autre femme et une tout autre maman. Plus cool, plus joyeuse. Mes enfants se sentent plus écoutés et sont plus coopératifs. L’ambiance à la maison est complètement transformée. Je suis une femme épanouie et une Maman sereine et joyeuse.

Toi aussi tu veux devenir une maman sereine et joyeuse ? Je te propose de visionner ma dernière conférence en ligne « Comment devenir la femme et la maman épanouie que vous rêvez d’être ? » Je te livre 4 clés pour éliminer le stress de ta vie, retrouver le bonheur d’être une femme, passer des moments sereins et joyeux en famille et resserrer tes liens avec tes enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.