enfant ne veut pas aller se coucher

Rien de plus frustrant qu’un enfant qui ne veut pas aller se coucher et trouve mille et un prétextes pour retarder l’heure du dodo…et ce au moment même où nous avons besoin nous-même de nous détendre et de faire un break après une longue journée.

Le sommeil est pourtant essentiel pour que nos enfants puissent vivre pleinement leur journée. Un enfant passe 40% de son enfance à dormir. Le sommeil chez les enfants est essentiel parce qu’il impacte directement leur développement mental et physique.

Leur cerveau a besoin de leur sommeil pour que nos enfants puissent :
– Rester concentrés, faire attention
– Se souvenir de ce qu’ils apprennent
– Résoudre des problèmes et faire preuve de créativité

Leur corps a besoin de sommeil pour :
– Faire en sorte que leurs muscles, leurs os et leur peau grandissent
– Récupérer de blessures musculaires, sur leur peau et sur les autres parties de leur corps
– Rester en forme et combattre certaines maladies

Il va sans dire que le sommeil est essentiel pour nous aussi parce qu’il est impossible de remplir au mieux notre rôle de parent, c’est à dire d’avoir un niveau d’énergie, de patience et d’empathie suffisants si nous manquons de sommeil.

Dans un précédent article j’avais donné quelques indications sur le temps de sommeil dont nos enfants ont besoin en fonction de leur âge.
Évidemment ce ne sont que des indications parce que certains enfants sont des marmottes et d’autres ont besoin de peu d’heures de sommeil pour être en forme…

Un bon indice pour savoir si nos enfants ont eu leur quota de sommeil, c’est de constater : Est-ce qu’ils se réveillent tous seuls sans qu’on aie à les réveiller ?
Si ce n’est pas le cas, on doit se préoccuper d’avancer leur heure du coucher. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait récemment avec ma fille : on a avancé d’une demi-heure et elle la passe à lire dans son lit avant que je vienne pour nos petits rituels…

Pourquoi nos enfants jouent la montre pour aller se coucher ?

L’heure du coucher est l’heure de la confrontation à leurs peurs d’enfants

Quand l’heure du coucher approche, nos enfants sentent qu’ils vont se retrouver seuls avec leurs petites angoisses et peurs accumulées dans leurs journées et aussi qu’ils vont être séparés de nous. Et ce n’est pas vrai que chez les jeunes enfants, c’est le cas aussi avec les enfants de 6 ans et même de 10 ans…

Inconsciemment ils sentent que les peurs qu’ils ont stockées en eux vont se réveiller quand ils vont se retrouver seuls au calme, dans le noir, dans leur lit.
Donc ça les stresse et dans ce cas, nos enfants ont souvent un comportement extrême avant d’aller au lit :
– soit ils s’accrochent à un jouet ou à leur doudou, et ils ont besoin de rituels faits dans un ordre précis pour se rassurer avant d’aller au lit
– soit ils deviennent surexcités et font les foufous… et puis trouvent toutes les excuses possibles pour retarder l’heure fatidique où ils vont se retrouver seuls face à ces peurs
C’est leur manière de gérer ce stress et de retarder cette confrontation avec leurs angoisses de la nuit.

99% des enfants ont besoin de se sentir sécurisés

Pour nos enfants, aller au lit sans notre présence n’est pas possible tant qu’ils ne se sentent pas complètement en sécurité pour s’endormir. Même si après l’âge de 5 ans, ils pourraient potentiellement aller au lit seuls et s’endormir seuls, ça reste pour la plupart des enfants un apprentissage en cours d’acquisition.

Certains enfants ont peur du noir, d’autres peur des monstres… Il peut y avoir des angoisses permanentes ou temporaires.
Quand un enfant est angoissé, on peut l’aider en cherchant à identifier le début des difficultés pour s’endormir : A est-ce qu’il y a eu un évènement particulier dans notre famille, à l’école, un changement de rythme ?

Comment favoriser l’endormissement de nos enfants

1- Créer un rituel du coucher

On peut même le matérialiser avec nos enfants pour éviter de passer toujours pour le parent qui impose les règles… par exemple une feuille “rituel du coucher” pour chaque enfant avec sa photo.

petit-rituel-dodo
Si nos enfants remettent sans arrêt en question les étapes du rituel, avec cette fiche Rituel du coucher, on évite de passer pour un parent tyran parce que c’est plus facile de se référer à ce rituel du coucher créé ensemble dans lequel nos enfants ont été impliqués et de leur dire, “qu’est-ce qu’on fait après le jeu ? …on se brosse les dents”, quand c’est écrit… et on s’en tient à ce rituel qu’on a créé ensemble.

2- Commencer par un Jeu actif physique tous ensemble

A pratiquer en premier après le repas par exemple avec tous nos enfants (éviter de leur mettre la tête à l’envers pour des raison de digestion 🙂

Oui mais si je joue à un jeu physique ça excite mes enfants et les empêche de dormir…

Contrairement à ce qu’on lit ou entend souvent, le meilleur moyen de préparer nos enfants à aller au lit sereinement c’est de faire un jeu avec eux qui fait rire nos enfants, pas seulement sourire mais RIRE.
Mon mentor Lawrence Cohen dit qu’il faut suivre les rires, tout simplement parce le rire est ce qui aide nos enfants à se libérer. L’idéal est de pratiquer les jeux physiques juste après le repas, avant l’histoire du soir ou une activité plus calme.

Selon la personnalité de nos enfants il y a 2 types de jeux que l’on peut pratiquer avec eux :

  • Avec un enfant qui a besoin de bouger beaucoup, qui est vif et beaucoup dans le physique, pratiquer un jeu de contact où il va pouvoir sauter partout, courir et se défouler et surtout surtout beaucoup rire.
    Une bonne bataille d’oreiller par exemple.

Si notre enfant ne rit pas, il faut essayer de trouver un autre jeu qui va le faire rire.
Par exemple, on se met à 4 pattes pour suivre notre enfant, on attrape doucement son pied et notre enfant s’enfuie et on dit: “ah mais j’y crois pas il m’a encore échappé !!! mais comment je vais faire pour l’attraper…” et à chaque fois qu’on l’attrape on en profite pour le serrer dans nos bras, montrer des gestes de tendresse et d’affection puis on le laisse s’échapper.

  • Avec un enfant qui est moins à l’aise avec le jeu physique un peu rude, on peut le prendre sur soi assis ou allongés dans notre canapé et lui raconter une histoire qui va le faire rire, tout en favorisant le contact physique, en le serrant dans nos bras, en lui faisant des tonnes de bisous 😉
    Tous ces jeux où l’on montre notre affection dans les gestes, les câlins, et qui nous permettent de les regarder bien dans les yeux, sont parfaits pour préparer nos enfants à aller au lit.

Oui mais comment je fais avec mes 2 ou mes 3 enfants ?

C’est notre job de trouver le jeu qui les implique tous les deux ou tous les 3 en favorisant un maximum le contact physique et les jeux qui les fait rire.

3- Pratiquer un jeu ou une activité en tête à tête avec chaque enfant

Éviter d’installer les enfants devant la télé, notre smartphone ou une tablette parce que ça réduit le taux de mélatonine dans le sang (hormone du sommeil).

On joue 10-15-20 minutes. Ce qui compte c’est d’être 100% dans le jeu pendant le temps où on joue, sans se préoccuper de sa montre et ensuite on peut dire : “ok maintenant c’est l’heure de se mettre en pyjama ou de se brosser les dents.”
Il est possible que les enfants éclatent en sanglot quand on dit ça. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est parfait. ça veut dire que notre enfant évacue ses tensions et ses peurs et qu’il va se sentir beaucoup mieux ensuite pour aller au lit.

Oui mais comment je fais avec mes 2 ou mes 3 enfants pour pratiquer un jeu en tête à tête ? (cette question revient souvent 🙂

Comme le plus petit a généralement plus besoin d’heures de sommeil que le grand, s’occuper du plus petit en premier en exécutant son rituel à lui et pendant ce temps, demander au plus grand de jouer tranquillement tout seul ou de lire un livre en attendant. Ensuite on peut s’occuper du rituel du plus grand.

Parfois il faut bouger un petit peu notre emploi du temps pour intégrer ces jeux, commencer le rituel du coucher plus tôt que d’habitude mais ça vaut le coup 😉 Une fois qu’on a fait ce type de jeu si nos enfants ne veulent toujours pas aller au lit, on peut poser une limite.

4- Extinction des feux 30 minutes avant l’heure à laquelle mon enfant est censé dormir

Parfois nos enfants s’endorment en l’espace de 5 minutes mais la plupart du temps, le processus d’endormissement est…un processus 🙂 Cela signifie que ça prend du temps. Et ce sont les rituels qui font partie de ce processus.

5- Garder une veilleuse allumée

Si notre enfant est assez grand pour allumer tout seul la veilleuse, mettre l’interrupteur à sa portée de main pour qu’il puisse la gérer.

6- Enchaîner ensuite sur vos rituels favoris

Dire merci, raconter une histoire, etc. Par exemple dans cet article et vidéo je partage notre rituel du coucher avec Luce.

Dans cette vidéo je réponds à la question qui m’a été posée par Nicole :

“Avec le temps, j’essaie de mettre en pratique tous les bons conseils mais voilà, souvent le soir, mes enfants n’ont pas envie d’aller se coucher..alors ils traînent..cherchent des excuses…ils prétextent qu’ils n’ont pas assez jouer, etc. Avec tout ça, ils s’endorment beaucoup trop tard à mon goût.
Et souvent,j’ai l’impression qu’on fini mal la journée.. car au bout d’un moment je m’énerve et je lève la voix… (je sais ce n’est pas la solution).[…]”

Et vous comment gérez-vous le coucher ?
Dites-le dans les commentaires 😉

A vous de jouer !

Cecile

Cet article a 11 commentaires

  1. Lepreux

    Bonjour Cécile,

    Je ne peux que rebondir à ton article, car depuis qu’on se connait (par ton blog ;-)) j’ai intégré la “bataille de chatouille” à mon rituel du coucher et c’est top !
    Pour donner un exemple concret, voilà notre rituel chronométré (hé oui la vie est rythmée avec deux parents qui travaillent à temps plein) :
    19h45 : bataille de chatouille sur notre lit avec un mélange de bataille d’oreiller
    19h55: c’est la fin du jeu, on met une petite alarme pour signifier la fin et cela fonctionne très bien pas de pleurs, pas de crise
    19h55 – 20h05 : les dents et le passage au toilette
    20h05 – 20h15 : petite histoire et gros câlin

    En général, ma fille s’endort tranquillement vers 20h30 !
    Elle a 5 ans, ce n’est pas idyllique tous les soirs, parfois, elle fait durer un peu le dernier bisou, le dernier câlin mais on va dire qu’en général on n’a pas trop de soucis pour la mettre au lit.

    J’avais enlever la bataille de chatouille de notre rituel depuis plusieurs mois considérant qu’elle était plus grande et elle souhaitait jouer un peu avec ses playmobils avant de dormir! Erreur !!!!!!!!! les nuits sont redevenues compliquées avec des réveils pour “pipi” “boire” “j’ai peur” ….
    on a remis en place notre rituel depuis 2 semaines et ça redevient plus serein.

    Merci Cécile pour tous tes conseils, merci pour ce blog au top et ces idées sympas pour partager plus de temps avec nos enfants et être plus sereins.

    La vie n’est pas toujours parfaite et sereine mais avec de petits efforts quotidiens cela devient mille fois plus agréable.
    Bises

    1. Cécile

      Merci Céline pour ce partage ! 🙂
      Contente que vos batailles chatouilles fonctionnent bien hehe 🙂 …
      juste pour les personnes qui ne le pratiquent pas encore, les batailles de chatouilles sont à pratiquer uniquement si nos enfants sont en demande et sont au contrôle. Qui dit bataille, dit que ça doit marcher dans les 2 sens (notre enfant doit pouvoir nous chatouiller copieusement) et quand il dit stop, on arrête de suite parce que les chatouilles font rire mécaniquement et si on veut que ça ne tourne pas au vinaigre, il faut que notre enfant soit aux commandes
      bises

      1. Céline

        Très bonne précision, c’est vrai que nous avons tellement l’habitude que je n’ai pas précisé que c’est ma fille qui fixe les règles !
        Autant vous dire que c’est moi qui me fait plus chatouiller !!!!!!!!!!!!!! et ce qui la fait rire c’est de me voir rire et essayer de “m’enfuir” pour échapper à ses chatouilles :-))))))

  2. Daph

    Bonsoir.
    Nos soirées finissent toutes de la même façon : en crise.
    Soit c’est nous qui crions pour arrêter les levés soit c’est eux car on ne les écoute plus.
    Nous ne savons plus comment faire.
    Nous travaillons tous les 2 et le soir nous aimerions passer du temps au calme avec nos enfants, aller se coucher tranquillement. Au lieu de ça nos 2 enfants de 3 et 5 ans nous même la soirée dure et le marin ils sont souvent très fatigués. Il faut porter ma fille de 5 ans le marin pour venir la mettre à table. Elle met ensuite une demie heure pour déjeuner. Et rebellote on crie.

    Donc le soir ils veulent 1, 2 histoires puis ensuite on doit rester à côté deux sans le noir en attendant qu’ils dorment. Ça peut durer 45 min pour chaque enfant . A 22h on est sur les rotules avec une maison en désordre.
    Ça nous pèse à tous les 4.
    Merci pour toutes ces bonnes idées.
    Je pense que nous pourrions commencer par leur demander leur avis sur leur rituel préféré . … ce que nous n’avons jamais fait.
    Je prend toutes les bonnes ondes positives

    1. Cécile

      Bonjour Daph, merci de ce partage 😉
      je suis désolée de lire ça… Je suis convaincue que vos soirées peuvent changer du tout au tout en introduisant quelques petits changements simples. Personnellement, je commencerais par mettre en place un rituel tôt juste après le repas (en mettant la vaisselle et autres tâches de côté) et en annonçant “on va faire un jeu tous ensemble”. Petit jeu en famille où vous favorisez le contact physique affectueux quitte à ce que ce soit vos enfants qui essaient de vous attraper pour leur donner le pouvoir dans le jeu, trouver le jeu qui les fait rire…
      ensuite j’enchainerais sur un jeu ou activité plus calme en tête à tête (selon leur envie) puis dodo.
      Le temps que vous allez “dépenser” à faire ça avec vos enfants vous évitera les 45 minutes d’épuisement pour qu’ils restent au lit… je vous invite à tester et à nous faire un retour 😉

      1. Daph

        Bonjour Cécile
        Merci pour votre réponse.
        Ça nous a permis de revoir notre mode de fonctionnement du soir. Lire d’autres témoignages nous a permis de nous sentir moins seuls, et de réfléchir à 2 sur ce que nous voulions comme liens avec nos enfants et ce que nous pouvions faire le soir avec eux.

        Nous avons donc laisser tombé le tableau des rituels imposés que de toute façon nous ne suivions plus .
        Et nous nous sommes mis à faire ce dont nous avions envie et surtout donner l’exemple. C’est ainsi qu’un soir nous nous sommes retrouvés à 4 dans la douche. Mon mari et moi sommes partis nous doucher avant de manger et les enfants ont suivi naturellement.
        Ce soir là tout c’est enchaîné sans histoire.

        Si les enfants n’ont pas envie de dormir, dorénavant ils peuvent lire des livres en attendant le sommeil .
        Nous ne passons plus 45 min assis à côté d’eux. Nous alternons, après la lecture de l’histoire, un bisou câlin et le rangement de la maison jusqu’à ce qu’ils s’endorment.
        Et hier soir ma fille de 6 ans s’est endormie toute seule.

        En partageant nos soucis avec une amie elle m’a donné une petite astuce : dans un petit sac ou autre contenant mettre des papiers de choses à faire qu’on aime ou qu’on aime moins.
        Pour nous il y a : ranger les jouets
        Faire des guilis
        Jouer à 1 2 3 soleil
        Prendre la douche
        Mettre la table
        Faire un jeu de société
        En rentrant de l’école, un enfant tire au sort un paierai et nous faisons ce qu’il y a d’écrit dessus. Résultat exceptionnel : ma fille a dessiné sur les papiers pour les rendre plus jolis. Ce sont les enfants qui ont choisis les jeux et moi les choses à faire moins drôles mais au final tout le monde le fait. Et on s’amuse bien. C’est un peu long mais plus de cris et ça c’est top.

        J’ai envie de coopération et non plus de les obliger à faire car ils ne comprennent pas et font les choses par obligation. Si je ne suis pas là derrière eux ça ne se fait pas et je n’ai pas envie de ça. J’ai envie qu’ils deviennent autonomes et fassent les bons choix pour eux.
        Merci de nous avoir montré un autre chemin

        1. Cécile

          Je suis contente de lire votre message Daph ! vous vous êtes posés en famille pour réfléchir à des alternatives, vous avez fait preuve de créativité et avec quelques outils vous avez radicalement changé les choses. Contente de voir que ça crée du lien entre vous aussi 🙂 Merci de ce retour, amicalement, Cecile

  3. Frédérique

    Bonjour,
    pour ma part, j’avais presque le même rituel que Cécile avec mes 2 garçons: après le dîner, bataille de chatouilles/oreillers, galipettes dans tous les sens, ensuite brossage de dents, pipi, histoire (1 ou 2) et dodo…. nous avons déménagé il y a peu, et du coup ce rituel a été un peu abandonné, mais je pense le remettre en place, c’est tellement chouette!
    En revanche malgré tout ça, mes fils ont encore très souvent besoin de moi à leurs côtés pour s’endormir…. ils me réclament dans leur lit, ou même s’endorment dans le mien (en sachant que je les remettrai dans leur lit une fois endormis)… peut-être une petit astuce pour passer à autre chose pour l’endormissement?
    Merci, bonne soirée!
    Frédérique

    1. Cécile

      Bonjour Frédérique ! merci de ton commentaire et ravie de voir que nous avons les mêmes rituels 😉
      un truc que tu peux essayer pour aider tes enfants à s’endormir sans devoir rester dans leur lit trop longtemps, c’est le “je reviens dans 5 minutes”. Tu leur dis que tu restes 2-3 minutes avec eux dans le lit puis que tu dois finir la vaisselle, plier le linge ou aller au petit coin, ce qui est le plus approprié et urgent pour toi :).. Tu reviens effectivement 5 minutes après et tu restes encore 2-3 minutes supplémentaires puis tu leurs dis maintenant je dois faire ceci et je reviens dans x minutes en allongeant l’intervalle à chaque fois entre 2 visites. La condition c’est qu’ils doivent rester dans leur lit… tiens moi au courant 😉 A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.