Lien papa enfant main dans la main

Vous connaissez certainement autour de vous des personnes qui se disent je t’aime à longueur de journée mais dont les actes ne sont pas toujours en phase avec leurs déclarations.
Ce n’est pas un jugement de ma part, on a tous besoin d’entendre de la part des personnes qui nous sont chères qu’elles nous aiment bien sûr.
Mais personnellement, je suis encore plus sensible aux preuves d’amour.
Et l’une des plus belles preuves d’amour que vous pouvez offrir à vos enfants, c’est de jouer avec eux.

Le jeu est un droit

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, un traité adopté par l’ONU en 1989 dans son article 31 :
« Les Etats parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge … »
Si l’ONU reconnaît ce droit, c’est simplement parce que le jeu est essentiel à l’éveil et au développement des enfants.

Jouer permet aux enfants de :

  • Prendre confiance en eux
  • Se sentir aimés, heureux et en sécurité
  • Développer des aptitudes sociales, de langage et de communication
  • Apprendre à faire attention aux autres et à leur environnement
  • Développer des capacités motrices
  • Trouver des solutions, faire les bonnes connections dans leur cerveau…

Et ce droit est universel : Tous les enfants ont besoin de jouer, quels qu’ils soient et où qu’ils soient dans le monde.

Jouer est une expérience riche en émotions

Le jeu est une expérience forte dont les enfants ne se lassent pas.
Vous avez dû remarquer que, la plupart du temps, vos enfants jouent très sérieusement, avec beaucoup d’application.
Ils sont si impliqués dans le jeu que si vous les interrompez, c’est un mini drame, ils râlent ou se mettent à pleurer en disant:
“Mais… j’ai jamais le temps de jouer!!!” alors même que vous avez le sentiment qu’ils ne font que ça !
Le jeu n’est pas simplement amusant pour vos enfants.
C’est ce qui leur permet de communiquer, d’apprendre, de découvrir et de s’intégrer dans le monde qui les entoure.
Priver vos enfants de jouer, c’est un peu comme empêcher un adulte de communiquer et de ressentir des émotions.

D’ailleurs, vous avez-vous-même certainement des souvenirs d’enfance liés au jeu, des souvenirs précis.
Des souvenirs de liberté, de prise de pouvoir et de complicité avec les copains/copines.
Des souvenirs de petits secrets partagés, d’interdits que vous avez bravés, et puis des lieux où vous jouiez: de l’environnement, des odeurs, des mots échangés … Jouer est riche en émotions.

Le jeu est le langage par excellence des enfants

Le jeu est comme une bulle dans laquelle nous, parents, avons la possibilité de nous connecter avec nos enfants et dans laquelle nos enfants peuvent communiquer librement.
Dans le jeu, il n’y a plus la notion d’adulte-enfant. D’ailleurs, bien souvent, les enfants aiment inverser les rôles et se mettre dans la peau de papa ou maman, prendre un air sévère, donner des ordres, nous imiter☺.
Dans le jeu, il n’y a plus de notions de hiérarchie, d’autorité parent-enfant, c’est un espace neutre dans lequel votre enfant peut se lâcher et dans lequel vous pouvez vous aussi lâcher prise.

Pour nous parents, c’est un excellent moyen de savoir ce que ressentent nos enfants et de les aider à surmonter des difficultés éventuelles.
C’est aussi une des meilleures manières de vous rapprocher de votre enfant parce qu’en jouant avec lui, vous faîtes un pas vers lui, vous lui montrez que vous êtes à son écoute. C’est une belle preuve d’amour.

C’est important parce que dans nos vies d’adultes très occupés, on a parfois tendance à oublier quelles sont nos priorités, à nous focaliser sur des tâches de la plus haute importance comme plier le linge ou répondre à nos mails, au détriment d’un moment de connexion avec nos enfants.
Je n’écris pas ça pour vous faire culpabiliser, je suis la première à me battre contre ces « mauvaises » habitudes (notamment celle d’être un peu trop connectée à mon téléphone portable ;).
Mais jouer avec vos enfants, ne serait-ce que 10-15 minutes tous les jours, peut changer votre vie et la leur.

Merci de me dire dans les commentaires si vous êtes prêt(e) à faire une pause et à réfléchir à ce qui est vraiment important pour vous.

A vous de jouer ☺
Cecile

Cet article a 16 commentaires

  1. Genevieve

    Bonjour Cécile, tout d’abord félicitations pour ton nouveau blog! je l’adoooooooooooooore déjà, bravo!!!! Je suis même carrément émue de lire cet article. Je trouve cela tellement vrai que jouer avec nos enfants c’est leur dire Je t’aime! Et ce qui me rend émue c’est que notre éducation cherche la compétition, l’excellence dès la maternelle et oublie trop souvent que les enfants apprennent par le jeu! C’est vraiment capital pour créer une société plus harmonieuse, avec des adultes plus épanouis et qui savent ce qu’ils aiment dans la vie! Hier, je lisais une phrase : “le plus grand problème sur terre, c’est que pratiquement personne ne sait ce qu’il veut. Il y en a un très petit nombre qui le savent… Et nous savons de qui il s’agit. Nous appelons ces gens “ceux qui ont du succès. Andy Shaw. Pour moi cela est la conséquence du manque de jeu, du manque de temps que l’on offre aux enfants pour découvrir ce qu’il aime réellement dans la vie, il y a un lien.
    Aussi, je souhaite une société où les parents reprennent du temps pour eux, pour leurs enfants et où les parents peuvent être un exemple d’épanouissement pour leurs enfants et non pas un exemple de “personnes stressées qui courent tout le temps”.
    Merci à toi Cécile pour ton partage, c’est excellent!
    Geneviève

    1. Cécile

      Merci Geneviève de ton commentaire, c’est très gentil:)
      C’est marrant comme parfois on sait ce qu’il faut faire et on se laisse emporter par le rythme effréné de la vie quotidienne… la bonne nouvelle c’est qu’il n’est jamais trop tard pour changer, c’est juste une décision à prendre et ça peut se faire très vite. Et quand on a des enfants, il suffit de se poser et de réfléchir 2 minutes à ce que l’on souhaite pour eux et pour nous, bref vaste sujet dont j’aurai largement l’occasion de reparler sur le blog.
      Cecile

  2. Emma

    Bonjour,

    merci pour cet article très intéressant qui m’a ramenée à ma propre enfance. Mes parents ne jouaient pas avec moi quand j’étais petite, j’ai grandie très seule et eu beaucoup de mal à me construire seule et en rapport avec mon entourage. J’en ai évidemment souffert mais je ne m’en rendais pas compte puisque n’ayant pas connu autre chose, c’était pour moi quelque chose de normal.

    J’ai aujourd’hui 40 ans et après une brève thérapie, j’ai compris que beaucoup de ce qui n’allait pas dans ma vie actuelle, ces boulets que je trainais depuis longtemps étaient en partie liés à ce manque de communication et de partage avec mes parents.

    Attention, je ne leur reproche rien, ils m’ont éduquée du mieux qu’ils ont pu, en rapport avec leurs convictions et leurs possibilités aussi et ont, malgré ce que je viens d’écrire, plutôt bien réussi ! J’ai appris à passer au-delà. Ils ne sont pas parfaits, je ne le suis pas non plus. Je les aime quand même, ils m’aiment aussi, à leur façon !

    Mais le jeu et le partage est effectivement très important …

    Merci pour cet article qui a fait l’effet d’une madeleine de Proust …

    1. Cécile

      Bonjour Emma et merci de votre commentaire.
      Si cet article et plus généralement ce blog peut faire prendre conscience de l’importance du jeu et inciter les parents à passer à l’action j’en serai ravie. Désolée d’un autre côté qu’il ait ravivé des souvenirs un peu douloureux pour vous… Je ne vous connais pas, mais nous sommes dans la même tranche d’âge et je pense qu’à l’époque de notre enfance, peu de parents jouaient avec leurs enfants et comme vous le dîtes, les parents aimaient leurs enfants “à leur façon”.
      Personnellement j’ai eu beaucoup de chance parce que mon frère ainé jouait avec moi et nos parents passaient beaucoup de temps avec nous. Jouer n’est bien évidement pas la seule manière de communiquer avec ses enfants et de les aimer, mais c’est à mon avis l’une des meilleures. Le fait que vous en ayez conscience est une chance, pour vous, pour vos enfants si vous en avez, ou ceux de votre famille ou de vos amis avec qui vous pouvez également partager des super moments et peut-être rattraper un peu le temps en leur offrant des temps de jeu avec vous.
      Au plaisir,
      Cecile

  3. Alice

    Bonjour Cecile,
    En lisant cette article, je me suis rappelée tous les moments de jeux avec ma mère quand j’étais enfant et ils sont nombreux. Ma mère passait beaucoup de temps avec nous à jouer. Et cela, plus d’autre choses, ont crée un relation forte et de confiance entre nous. je le’ai toujours entendu dire que les parents se devaient de prendre le temps de jouer avec leurs enfants.
    Je travaille moi même avec des enfants, et je prend plaisir chaque jour à jouer avec eux, comme si j’avais leur âge. De voir leur sourire, leur rire, cela nourrit. Etant adulte, nous devrions continuer à jouer, cela permet de se rassembler et de se détendre, comme quand nous étions enfants.
    Merci pour cette article, je vais continuer à parcourir ton blog 🙂

    1. Cécile

      Bonjour Alice et merci de ton commentaire 🙂
      Tu as bien résumé je pense ce que le jeu apporte dans une famille : une relation forte et de confiance sur le long terme.
      Et tu as raison de dire que c’est valable aussi pour nous les adultes dans notre relation aux autres. Personnellement je rêve aussi d’un environnement de travail plus ludique car c’est l’une des clef vers plus de créativité, une ambiance plus sereine, plus d’efficacité, etc. Tout le monde y gagne…
      A bientôt,
      Cecile

  4. Mina

    Merci pour cet article ! J’ai en effet le souvenir de moments de jeux avec ma soeur qui tiennent une part importante de mon enfance. Et les rares moments où nos parents avaient le temps de jouer avec nous étaient précieux.
    Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir passer 1 à 2h par jour à jouer avec mon fils, et c’est aussi enrichissant pour moi.

  5. julie

    Bonjour! Personnellement je n’en pouvais plus d’entendre mon loulou ne faire que pleurer tout le temps et encore pire depuis que j’ai repris le travail. Alors j’ai tout laissé de côté pour jouer avec lui le plus possible car ce n’est que pendant ces moments là qu’il ne dit rien. Je me suis rendu compte qu’en fait il ne voulais que de l’attention mais du 100% disponible! Depuis ça va beaucoup mieux, il est moins pénible et moi beaucoup moins sur les nerfs alors le jeu c’est bon pour tout le monde!!!!!

    1. Cécile

      Bonjour ! Quel âge a votre enfant Julie ?
      C’est vrai que ce n’est pas toujours facile de tout lâcher pour consacrer 100% de notre attention à nos enfants, mais en même temps c’est tellement important… comme vous le dîtes tout le monde y trouve son compte.
      Merci de ce partage 🙂

  6. Maria

    Bonjour Cecile,

    Merci de votre investissement personnel sur ce blog! C’est vraiment sympa de pouvoir échanger à propos du développement de nos enfants avec des autres parents qui partagent le même approche éducatif.
    Je suis maman de deux petites filles adorables 🙂 de bientôt 5 et de bientôt 3 ans.
    Je me sens des fois également en difficulté pour laisser libre cours à l’imagination pour jouer (je suis fille unique, des parents plutôt âgés surtout pour leur époque, qui ne savaient pas non plus jouer avec moi) et j’aimerais vos conseils. Tant que la 2 ème s’arrange toute seule pour jouer et a un esprit très joueur-rieur, la 1 ère a été toujours très dépendante pour jouer et je vous avoue que ça m’exaspère…et après bien sur je coupabilise de m’exasperer et avoir peu de patiente.
    Je passe beaucoup de temps avec elles car je ne travaille pas pour le moment et du coup je joue beaucoup avec elles. Mais si ma fille aînée propose des jeux, elle veut toujours le rôle d’une maman très protrectrice qui conduit toute la scène , avec nos rôes bien spécifiques ou elle nous indique nos scripts 🙂 et ne laisse pas vraiment de la place aux éclats de rire! J’aimerais pouvoir rire plus avec elle. A l’école et au parc c’est un peu pareil, elle est une petite fille très réservée qui préfère les jeux calmes et doux -la marchande de glaces- à faire la course par tout en criant.
    Que me conseilleriez vous pour qu’elle s’afirme plus à niveaux physique au delà du jeux à la bagarre dont mon mari et moi nous entrainons des que l’opportunité se présente?
    Merci par avance et félicitations pour ce magnifique blog!
    Maria
    ps. j’ai lu aussi le livre de M. Cohen -Qui veux jouer avec moi?- est juste exceptionnel.

    1. Cécile

      Bonjour Maria,
      merci pour ce partage,) c’est chouette que vous ayez à cœur de jouer de la meilleure façon qui soit avec vos enfants. Au niveau des jeux de contact, jouer à la bagarre est un des exemples et il existe plein de jeux qui privilégient le contact physique et l’échange et sont moins durs physiquement (jetez un œil au jeu de sumo par exemple).
      Certains jeux de contact privilégient l’imagination des enfants et plairont peut-être plus à votre fille parce qu’ils intègrent le “je fais semblant”. D’ailleurs vous pouvez très bien vous appuyer sur son scénario bien huilé du départ et introduire quelques changements intégrant le jeu physique. Par exemple, quand elle joue le rôle de la maman protectrice et vous désigne comme l’un de ses enfants, vous pouvez jouer le rôle de l’enfant un peu maladroit : vous vous levez de la table de la dinette d’un seul coup et renversez la vaisselle… si elle râle parce que vous détournez le scénario dîtes simplement : oups désolée je n’ai vraiment pas fait exprès c’est mon pied qui s’est pris dans le pied de la table… puis vous revenez dans son scénario et quelques minutes plus tard par exemple lorsqu’elle vous demande de changer la couche du petit frère, vous la mettez sur votre tête : oh nooon je n’ai jamais demandé à avoir ce chapeau sur la tête, beurk !
      ou alors vous vous mettez à courir dans la maison avec la poupée-bébé sous le bras comme si c’est lui qui vous tirait pour courir : “oh mais on dirait que ce bébé veut absolument découvrir la maison…doucement bébé !” : ça va certainement la faire rire, elle va peut-être vous courir après pour rattraper le bébé. Vous pouvez vous asseoir sur le canapé et en profiter pour la challenger gentiment pour reprendre le bébé : “oh ce bébé ne veut plus me lâcher, aide moi, je n’arrive plus à le décoller ?!”.
      En introduisant ces personnages un peu loufoques que vous jouez dans son scenario à elle, vous pourrez intégrer le jeu de contact petit à petit sans forcer votre fille à faire un jeu qu’elle n’aime pas. Chaque enfant a sa personnalité, c’est bien de les pousser un peu à sortir de leur zone de confort, mais sans les forcer…
      Et puis la façon dont elle joue actuellement est sa façon à elle de prendre le pouvoir dans le jeu en distribuant les rôles. Si votre fille est bien sans sa peau, n’a pas trop de soucis pour se faire des amis, pas d’inquiétude, en grandissant elle prendra de l’assurance et sortira un peu plus de sa réserve.
      Cecile

  7. Géraldine

    Article très intéressant, m’a fait prendre conscience. J’essaie depuis plusieurs semaines de jouer avec chacun de mes enfants (j’en ai 3 : 8 ans, 3 ans et 13 mois). Mais ils sont nombreux, jaloux, je suis fatiguée, je me force parfois mais je persévère chaque jour quand même et les résultats sont là! Vous aviez raison, vous avez raison, merci beaucoup pour toutes ces informations, ces aides, merci infiniment!!

  8. Marine

    Merci pour cet article.

    J’ai toujours énormément joué avec ma première (4 ans) et ma deuxième(1 an) .. la grande n’est pas scolarisée. donc on a le temps. je dirai 45 min-1h pour çhaque enfant individuellement puis des temps de jeux commun.

    j’impose gentillement un temps.de jeux chaque soir avec leur père.. Après le repas 15 min avec la grande pendant que je fais 15 min avec la petite.puisbl’inverse. on met un petit chrono. Depuis les couchés sont beaucoup plus serein.

    Et les jours on joue pas/peu? Tout est difficile… Et de lire cette article me fait comprendre pourquoi…. Nous enfants ont besoin de nous de notre temps et on a besoin de temps avec eux.

    Je cuisine avec elles aussi. J’adapte mon repas pour qu’elles puissent m’aider. Chacun son rôle.. ma grande coupe/commence à éplucher/casse les oeufs la petite tourne. On profite de grande rigolade quand un oeuf fini à côté ou quand la petite souleve le fouet et qu’elle nous en envoie de partout… Pour nous c’est bien d’un jeu qu.il s’agit.

    Je vous ai découvert que récemment mais quel plaisir! Grave à vous ma fille m’aider à débarrasser le table par le jeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.