clef de la colere noemie

Ce podcast est le cinquième de la série dans laquelle Noémie de Saint-Sernin partage ses 5 clefs pour gérer notre colère d’adulte. Si vous avez raté la quatrième clef, cliquez ici pour l’écouter car c’est une série qui se suit. Dans ce cinquième épisode, Noémie nous partage sa dernière clef et un exercice pour commencer à se reconnecter avec soi-même.

Cliquez sur la flèche au dessus de l’image pour écouter ce podcast en direct ou téléchargez-le en cliquant sur ce lien.

Retrouvez moi avec Noémie dans cette conférence en ligne exclusive accessible gratuitement, dans laquelle vous aurez accès à des pépites supplémentaires et à un cadeau spécial : Clique ici pour accéder directement à l’enregistrement de la conférence “Les clefs de la colère”

 

Retranscription complète de l’interview de Noémie de Saint-Sernin sur la cinquième clef de la colère :

Cécile : Bonjour, et bienvenue dans ce cinquième et dernier épisode de la série « Les 5 Clefs de la Colère » que partage avec nous « Noémie de Saint-Sernin » que j’ai le plaisir de retrouver tout de suite.

Noémie de Saint-Sernin : La cinquième et dernière clef c’est de croire qu’il suffit comprendre, parce que c’est vrai que dans nos sociétés tout s’adresse à une seule partie de nous : notre mental. Donc nous sommes habitués et nous avons l’impression d’être que ça. Si nous réfléchissons, nous pensons, nous faisons. Nous sommes dans le faire plus que dans l’être. Et donc quand on lit des livres, quand on cherche des informations -bien sûr qu’on en a besoin- vous ne comprendriez pas ce que je raconte là maintenant… Cécile on ne pourrait pas parler toute les deux si on ne servait pas de notre cerveau… on ne pourrait pas lire des livres, ça a une utilité formidable, sauf qu’une émotion c’est dans le corps que ça naît et pas dans la tête. Si je vous dis elle est ou votre colère, votre peur et votre tristesse. Elle n’est jamais là, la colère elle peut être là, elle peut être sur l’estomac, elle peut être dans la poitrine, elle peut être dans le ventre. C’est physiologique une émotion. Elle est dans notre corps et ensuite bien évidemment comme on est connecté entre corps et esprit , il y a une pensée puis il y a une émotion qui naît dans le corps. Donc croire qu’il suffit de comprendre c’est une hérésie et c’est pour ça qu’il y a beaucoup de parents qui cherchent des outils de parentalité et qui disent : « je vais faire ça et ça va marcher » Non, comprendre ça n’a jamais résolu aucun problème, c’est comme je ne sais plus qui a dit : il n’y a aucun livre de cuisine qui n’a jamais nourri personne.

Cécile  : C’est sûr, c’est à dire qu’après il faut passer à l’action.  C’est ça ?

Noémie de Saint-Sernin : Voilà, il faut passer à l’action. Donc ça c’est la première chose, c’est un truc qu’on entend souvent dire, donc il faut passer à l’action, et pour passer à l’action il faut savoir exactement ce qu’il faut faire Dans un livre c’est difficile et c’est pour ça que j’ai créé un programme, parce que dans le programme je donne la théorie bien évidemment mais aussi je donne aussi la pratique et je dis concrètement (1 : tu fais ça, 2 : tu fais ça, 3 : tu fais ça …) il y a une méthodologie derrière. Parce que si on ne fait rien, il ne se passera rien. Et ce ne sont pas des choses compliquées. Des choses qu’on met en place dans sa vie. La prochaine fois que la colère elle arrive je sais ce qu’il faut faire, on me l’a dit. Et même si je ne vais pas y arriver la première fois ou la deuxième. A un moment, voilà je sais, donc à chaque fois je vais repenser et je vais le faire.

Cécile Amiel : Donc c’est un référentiel qui permet d’avancer, de savoir concrètement comment je gère ça.

Noémie de Saint-Sernin : C’est ça, et la deuxième chose puisque là, on est dans l’émotion, il y a un deuxième élément très important, c’est qu’il va falloir ressentir, et pour ressentir c’est pareil ça se passe pas dans la tête. Comment tu le sens ? Attend je vais réfléchir. Oui on peut faire comme ça, je vais réfléchir mais c’est faux. Ce n’est pas ressentir, ça c’est essayer de traduire son ressenti, ce qui est, pour moi, diamétralement opposé. C’est venir se reconnecter à l’intérieur de soi. Quand la colère arrive (c’est un petit exercice que vous pouvez faire chez vous) allez vous isolez et essayer d’observer simplement qu’est ce qui se passe en moi ; ou quand vous êtes triste ou quand vous avez peur. Observez déjà, elle est où ? Où est ce qu’il est dans mon corps, fermez les yeux et cherchez. Et qu’est-ce que ça fait, comment je me sens, est ce que je respire bien ? Est-ce que je ne respire pas bien ? Qu’est ce qui se passe et puis parlez, à haute voix ou mentalement, dites-vous les choses. On a toujours le droit d’aller au toilettes pour s’isoler, donc allez-vous isolez. Commencez à observer ce qui se passe et vous allez sentir cette colère qui monte. Ecoutez là, qu’est-ce qu’elle vient vous dire ? Quel est le message ? À quoi ça fait référence cette colère ? Qu’est-ce que ça vous rappelle ? Pourquoi vous vous êtes mis en colère ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Refaites le film. Qu’est-ce que je me suis dit à ce moment-là ? Refaites le scenario, mais n’attendez pas le soir ou le lendemain, tout de suite essayez d’y penser. Dès que vous retrouvez votre calme, parce que parfois lorsqu’on s’est mis en colère on a suivi la colère. On la poursuit. Mais on peut arrêter de la suivre et se poser pour essayer de commencer à réfléchir à ce qui se passe. Mais dès que vous arrivez à vous rendre compte que vous êtes en colère. Arrêtez-vous, allez-vous isoler et commencez à vous observer. Rien que ça déjà ça va désamorcer quelque chose et ça va vous permettre de vous reconnecter à vous-même. Parce qu’encore une fois on est déconnecté, souvent on a la tête là et on veut comprendre. L’exemple que je donne souvent : « Pour maigrir, tout le monde c’est ce qu’il faut faire ! », C’est très facile de savoir que si j’arrête de grignoter entre les repas, de manger du sucre et du gras et de l’alcool. Si je fais un repas léger le soir, si je bois que de l’eau, si j’arrête les gâteaux. Tout le monde peut maigrir, or le taux est énorme de monde qui cherche à maigrir. Les magazines l’ont bien compris, chaque printemps perdez trois kilos, pourquoi ? Parce qu’on cherche des raccourcis magiques. On se dit je vais trouver une méthode qui va m’aider à comprendre et qui va faire que je vais y arriver tout de suite. On est fainéans d’une certaine manière. On veut pas faire, on ne veut pas aller se recoller. Ce n’est pas difficile pourtant. On ne veut pas y aller. Il y a une partie de nous inconsciente qui croit que qu’est-ce qu’elle va découvrir ça va être horrible. Et parce qu’on pense qu’on est dotés d’un pouvoir suprême de contrôle et on croit qu’on peut tout contrôler avec notre esprit. Mais c’est faux, on ne contrôle rien. Croire qu’il suffit de comprendre. Vous allez chercher toute votre vie et ça va vous prendre un temps fou et pendant ce temps la situation va se dégrader. Donc de grâce, arrêtez tout ça et essayez de trouver soit ma méthode ou une autre, je ne suis pas là pour faire la promotion. Mais à un moment il va falloir vous reconnecter avec vous-même. Revenir dans votre corps pour comprendre qu’est ce qui se passe en moi ?! Venir écouter cette colère, venir la comprendre pour ne plus la laisser agir ici et maintenant dans le présent.

Cécile : C’est reprendre le contrôle sur sa vie, sur notre relation aux autres, c’est essentiel.

Noémie de Saint-Sernin : souvent on dit : « J’aimerais offrir une vie meilleure à mes enfants » et pour moi ça commence par ce que nous allons leur léguer de nous-même. Et puis il faut savoir que les histoires se reproduisent. Donc si nous on ne fait pas le boulot déjà on ne saura pas aider nos enfants, à gérer leur propres émotions et donc on fabrique dans le monde de demain des êtres humains qui eux-mêmes vont rencontrer les mêmes difficultés. Parce que là, on parle de la colère mais le passé c’est un peu mon sujet tout de même. Le passé influe dans vos choix professionnels, relationnels, sur vos problèmes de santé aussi. Parce que les émotions… il y a des gens qui ont de la colère mais qui la gardent à l’intérieur d’eux même. Ils la ressentent mais ils la blindent à l’intérieur d’eux même. C’est presque pire, j’ai envie de dire, parce que ces gens-là se fabriquent des maladies. Tous les problèmes que vous avez aujourd’hui sont les fruits d’une blessure émotionnelle profonde qui a créé des masques et des schémas qui vous font voir le monde, les autres et vous même à travers des filtres. Tant que vous ne serez pas allé regarder ça de plus près, travaillé sur vous et sur vos blessures. Plutôt que de chercher à changer les autres, changez vous-même pour changer le monde et puis quand vous ne serez pas là dans la vie de vos enfants. Même quand vous serez là mais plus tard dans celle de vos enfants. Donc le monde meilleur ça commence par déjà ce que je vais faire moi. Gandhi disait : « Soyez le changement que vous voulez être dans ce monde ».

Cécile : Tu as déjà dit que tu as aidé 500 personnes, c’est ça ?

Noémie de Saint-Sernin : Oui 500 personnes, sur ce programme des clefs de la colère ou j’ai accompagné… Si certaines personnes souhaitent aller plus loin il y a un programme complet qui permet de gérer et d’instaurer la bienveillance dans sa vie et celle de ces enfants.

Cécile Merci beaucoup Noémie, pour partager ces clefs-là, ces premières clefs et puis on te retrouve bientôt à travers ton programme.

Noémie de Saint-Sernin : Merci à tous et puis surtout je vous souhaite une très belle vie parce qu’enn principe, c’est vous m’avez écouté jusqu’au là c’est que vous avez le désir profond de changer, alors pour tout ça félicitations à vous. Merci

Retrouvez moi avec Noémie dans cette conférence en ligne exclusive accessible gratuitement, dans laquelle vous aurez accès à des pépites supplémentaires et à un cadeau spécial : Clique ici pour accéder directement à l’enregistrement de la conférence “Les clefs de la colère”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.