Dans cette interview de Caroline Burel, coach spécialiste en EFT pour les familles, vous allez comprendre comment l’énergétique peut vous aider à arrêter de crier et passer des soirées zen en famille.

🎁Pour ne rater aucune info pour t’aider à sortir du rapport de force avec tes enfants, inscris-toi à la mailing list en cliquant ici. En t’inscrivant tu reçois gratuitement l’accès au guide “obtenez plus grâce au jeu” et des infos en vidéo et texte exclusives

Transcription intégrale de l’interview pour ne plus crier sur ses enfants :

— Hello, c’est Cécile, alors, aujourd’hui, je suis ravie parce que je suis en compagnie de mon amie Caroline BUREL. Bonjour Caroline.

— Bonjour Cécile. Bonjour à toutes.

— Alors, Caroline, je suis ravie de t’interviewer parce que tu accompagnes les familles avec l’énergétique, l’EFT. Donc, tu es coach énergéticienne.

— C’est ça !

— Et ce qui est génial avec Caroline, c’est qu’elle a toujours pleins, pleins d’astuces pour aider les parents, et c’est pour ça que je vais vous la présenter, si vous ne la connaissez pas encore, sachant que je l’avais déjà interviewée et on avait déjà commencé à parler un petit peu d’EFT. On avait présenté les bases. Si vous ne connaissez pas l’EFT, on va faire un bref rappel, juste après t’avoir présentée.

D’abord, est-ce que tu peux nous dire brièvement, d’où tu viens et comment tu en es arrivée à créer ton site et puis accompagner les familles sur ce domaine-là.

— Oui, alors en fait, moi, ce qui s’est passé pour moi, c’est que j’ai eu besoin de trouver des outils, qui me permettaient, de me recentrer, apaiser mes émotions et puis, accompagner le mouvement de la vie. Apaiser le stress. En fait, il y a eu un moment quand je suis devenue maman, je me suis retrouvée dans une situation, je n’ai pas burn outé, mais je ne devais pas être très, très loin, non plus. Surtout quand mes filles étaient petites.

Et puis, je voyais qu’il y avait des émotions, auxquelles je me retrouvais confrontée, qui étaient encore plus exacerbées que d’habitude.

Alors, j’ai commencé à faire un parcours, à chercher des outils. Et puis, je me suis formée, à différents outils, à l’énergétique, comme tu dis. Et c’est quand j’ai rencontré l’EFT que pour moi, ça a été vraiment, vraiment, une belle découverte. Parce que j’ai pu m’en servir pour moi. Et puis, c’est hyper simple, en fait. Dans une utilisation quotidienne, on peut s’en servir facilement. Et puis, surtout, on peut se l’approprier soi-même. Et les enfants adorent aussi.

Les enfants se l’approprient. C’est simple, c’est ludique. Et c’est un outil d’apaisement des émotions. Et de fait, quand on est apaisé dans nos émotions, et puis qu’on libère cette énergie, qu’on a intérieurement, de façon fluide ; et bien, c’est super pour déployer plein de projets. Ça donne confiance, ça booste. Ça apaise et ça booste, en même temps.

— OK ! Donc, l’EFT, c’est un moyen, en fait d’obtenir ces bénéfices, dont tu viens de parler. Et juste pour rappel pour les gens qui ne savent pas ce que c’est que l’EFT, est-ce que tu peux nous dire ce que c’est ? Et en quoi, ça consiste.

— Alors, l’EFT, c’est Emotional Freedom Technique. Voilà, donc, Technique de Liberté des Émotions. Et c’est une technique psycho corporelle. Donc, on va s’adresser à nos pensées, même jusqu’à nos croyances. Et puis, on va en parallèle, stimuler des points d’acupuncture. Donc, sur les mains, au bout des doigts et puis sur des points du corps comme ça. Et en fait, en activant, avec nos pensées, une situation qui nous pose problème, on va la réussir à la transformer.

En fait, on va estimer qu’en EFT, quand on a un souci dans nos réactions, dans nos émotions, c’est parce que quelque part, en nous, dans notre réseau énergétique, il y a une émotion qui est restée twistée et figée ; qui crée, voilà, quelque chose qui n’est pas fluide.

Et avec ces stimulations-là, sur des points d’acupuncture, quand notre corps est en résonance avec cette situation-là, ça va permettre de fluidifier à nouveau l’énergie.

—Donc, c’est vrai que tout le monde n’est pas forcément, au courant qu’on a un réseau énergétique ! De la même façon qu’on peut avoir un réseau sanguin. Est-ce que tu peux juste, brièvement, nous expliquer ça ?

— Donc, en fait, de la même manière qu’on a des vaisseaux, des artères, des muscles et des tendons ; de la même manière, on est parcouru par des méridiens. Il y a donc, les méridiens, ça pourrait être, on va dire, les nationales.

Et puis, après, on a encore des plus petits réseaux qui s’appellent les nadis. Qui pourraient être des départementales. Et tout ça, ça fait circuler l’énergie en nous. Donc, l’énergie, elle fait 24 heures pour faire le tour, dans notre organisme. Elle passe par tous les méridiens. Les méridiens sont reliés à des organismes qui enclenchent l’équilibre hormonal. Et puis, après, on a des gros ronds-points énergétiques qui sont les chakras.

Vous avez peut-être entendu parler de ces centres énergétiques là qui sont des gros ronds-points. Et alors, on en a sept à l’intérieur du corps. Et puis, il y en a d’autres en dessus et en dessous.

Et donc, avec ça, en fait, quand notre énergie circule, on le sait et on le dit : « Ah, j’ai pas d’énergie ! » ou « Ah, je suis pleine d’énergie ! ».

Et voilà ! C’est ça en fait …

— C’est la circulation qui se fait bien ou qui se fait mal.

— Voilà !

— Alors, ce qui est génial, c’est que toi, donc, l’EFT, il peut être appliqué dans pleins, pleins de situations, auprès de tout public. Et toi, tu t’es concentrée sur les familles et les enfants.

— Oui.

— Et donc, tu es vraiment spécialiste dans ce domaine. Tu accompagnes les parents, tu as des formations dans le domaine. Et moi, ce que j’aimerais que tu partages avec nous, parce que je trouve très intéressant c’est que souvent, nous, les parents, on peut être parfois, déclenchés par des comportements de nos enfants qui sont parfois, un peu compliqués à gérer. Et tu as pas mal de ressources par rapport à ça. Donc, est-ce que tu peux nous expliquer qu’est-ce qu’on peut faire, quand on est justement, soumis à des déclencheurs ? C’est-à-dire quand on réagit à une situation ou à un comportement d’un enfant qui déclenche des choses en nous.

— Alors, en fait, ce qui se passe souvent, c’est que moi, les parents qui viennent me voir, ils viennent me voir en disant : « Oui, mon enfant, il a ce problème-quoi ! Il fait des crises de colère ou ça ne va pas. Il ne veut pas nous écouter. Ou, bien, il se dispute tout le temps avec son frère et sa sœur. C’est des cris à la maison et tout ça. »

Ou alors, ça va être : tout d’un coup, un enfant qui fait un blocage, qui ne veut plus aller à l’école, ou …

En fait, tout.

L’EFT, moi, je l’utilise spécifiquement, dans le domaine de l’accompagnement parental et des femmes. Mais on peut l’utiliser dans le sport, l’alimentation, dans la vente de sa maison, tout ce qu’on veut, tout ce qu’on veut.

Et en fait, les parents, souvent, ils viennent, en disant : « Mon enfant, ça ne va pas, il faut le régler, quoi ! ».

C’est un peu comme si on pouvait régler une voiture, on va régler un enfant. Alors qu’en fait, ce dont il est important de prendre conscience, c’est que dans la relation de parents- enfants, c’est un petit peu comme des vases communicants, comme ça. L’enfant fait un effet miroir aux parents qui renvoie un effet miroir à l’enfant et puis, c’est comme ça, on boucle.

Ce qu’il faut comprendre c’est que nos enfants, ils n’ont pas forcément la capacité, à un moment ou un autre de prendre le recul et de changer leurs comportements. Donc, c’est à nous, en tant qu’adultes, de se dire : « OK, là, je peux raisonner et je peux me rendre compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Et notamment ma réaction.

Cet enfant-là, c’est un petit bout, moi, j’ai quelques années de sagesse en plus. Pour autant, ça m’énerve vraiment ce qui se passe là et je n’arrive pas à contrôler. La moutarde me monte au nez et finalement, tout le monde s’énerve et c’est encore pire qu’au début, il y a un quart d’heure. Ou il y a deux minutes.

Ça part d’un coup. Et donc, à ce moment-là, on va vraiment travailler ou se rendre compte sur quel est le déclencheur aussi en tant qu’adulte, qui nous met hors de nous ?

Et l’EFT, c’est quelque chose que vous pouvez commencer à faire, dès que vous sentez que la moutarde vous monte au nez, à tapoter au niveau des doigts, comme ça. Et ça va réguler certaines hormones, ça va apaiser les hormones du stress, les hormones de la survie, les hormones du speed. Et puis, voilà, favoriser les hormones de la détente, de la communication bienveillante, du relationnel serein, et respectueux les uns des autres.

Et rien qu’en faisant ces stimulations-là au moment même où la situation se passe, ça va faire baisser les tours.

Donc, déjà, on peut réagir, on peut adapter l’EFT pour des situations d’urgence, on va dire.

Ou même, si on a peur pour notre enfant et puis il traverse la route et on a eu peur. Et au lieu de se dire : « Moi, je me rends compte que là, j’ai peur, et donc, je vais le rattraper et je lui dire : « Oui, là, là … ! » Et bien, à ce moment-là, on peut se dire : « ouh là, là, en fait, j’ai vraiment, j’ai vraiment eu peur. »

Et en fait, déjà le premier réflexe, c’est d’avoir de l’empathie pour soi-même ! Parce qu’on est en train de vivre une situation difficile.

— Oui ! Donc, là, c’est un réflexe à acquérir, presque.

— Oui. Oui !

— De switcher vers l’EFT, dans ces moments-là, à ces moments de crises ?

— Pour les situations d’urgences.

— Oui !

— Après, le truc, c’est que si tu commences ta journée en ayant fait tes deux minutes d’EFT, tu vas déjà mettre ton réseau énergétique dans le bon sens. Si en plus, tu rajoutes, tu vois, des phrases qui sont stimulantes, qui sont motivantes, qui sont joyeuses et légères : voilà, ta journée, elle va complètement, changer d’angle.

Tu vas tout de suite prendre du recul par rapport à une situation difficile parce que ça commence parfois vite, les situations où il faut qu’on se dépêche où on emmène les enfants à l’école. Et qu’on est déjà en retard et qu’il suffit qu’il y en ait un qui renverse son bol de cacao ou quoi, et là, ça y est, tout de suite, ça part.

Alors que si on a déjà pris le temps déjà, de ces deux minutes-là, on sort du lit, pour se tapoter ; moi, je fais ça, en me brossant les dents, quand j’avais les filles dans la poussette, eh ben, je tapotais ou je me tapotais, sur la poussette en même temps que j’avançais.

Au volant, sur le levier de vitesses. Enfin, après, on trouve pleines de petites astuces. Quand je téléphone à quelqu’un, je suis souvent en train de me tapoter. Enfin, très, très souvent. Et je connais les bénéfices.

— Oui, c’est ça.

Bon, alors, admettons, là, on est dans une situation où notre enfant quand où on sent que, comme tu disais là, que la moutarde commence à monter. On sent que voilà, les choses sont un petit peu en train de se réchauffer chez nous là !

— Oui, on le sent.

— On le sent venir en fait !

— Il faut pouvoir l’identifier, déjà.

— Donc, voilà, est-ce que tu peux nous montrer typiquement, un mouvement d’EFT qu’on peut faire, dans ce cas-là ?

— OK ! Alors, sachant aussi que moi, je ne fais pas de l’EFT conventionnelle parce qu’une vraie … Enfin, je fais de l’EFT conventionnelle quand j’accompagne les personnes en séances individuelles.

Mais, ce n’est pas du tout la même chose que l’EFT, dans la journée, au quotidien. C’est ça que je transmets dans l’enseignement Zen en famille, c’est l’EFT, pour l’éducation, pour une utilisation familiale, dans notre quotidien.

Maintenant, si on veut faire quelque chose de voilà, la moutarde me monte au nez et puis j’ai le temps. Je me donne cinq minutes, pour respirer. Plutôt que deux secondes parce que je n’ai que deux secondes. Donc, si j’ai cinq minutes, je peux commencer par faire ça.

En fait, c’est avec le point karaté, donc, on va tapoter comme ça, stimuler au niveau de ce point-là qui est sur le tranchant de la main. Et on va dire, tout de suite, par exemple, même si je m’énerve, dès sept heures et demie du matin et que je suis speed et stressée, parce que je vois mes enfants qui ne font pas ce que j’aimerais et qu’ils trainent : je suis une super maman !

Et rien que de dire ça, ça fait : ah oui, c’est cool quoi, c’est …

Et même si j’aimerais bien qu’ils aillent plus vite et que je suis impatiente et que je me retiens de crier et de lui enfiler son bonnet sur la tête, manu militari, eh ben, je suis une super maman.

Et même si j’en ai ras le bol que ce soit comme ça tous les matins, et que je ne sais pas comment m’en sortir, et que j’ai fait plein d’efforts et que : mais j’ai aussi mon boulot et que je suis fatiguée à mon boulot et tout ça : ça va, on en profite pour dire tout ce qui ne va pas. Ça ne fait rien : je suis une super maman, je suis une super nana. Je suis quelqu’un de chouette, quoi.

Et alors, après, on fait le tour.

Et tu vas dire : Imagines-toi, Cécile, par exemple, ça t’arrive le matin ! Mais plonge-toi, dans la situation et qu’est-ce que tu as envie de dire et là, tu tapotes. Tu dis une phrase et tu tapotes en commençant par le dessus de la tête.

(pause parce que Cecile ne trouve pas d’exemple de situation…)

  • Mais peut-être que tu peux changer de situations, tu peux dire : ah moi, ce n’est pas à ce moment-là que ça m’agace, c’est … c’est quoi qui t’irrite ?

— Attends, je vais trouver… qu’est-ce qui m’énerve, chez Luce ?…

— Pas forcément chez elle …mais tu vois …

— Qu’est-ce qui m’énerve ? C’est … Euh …

— Qu’est-ce qui te speede ? Qu’est-ce qui te met la pression ?

— Qu’est-ce qui me speed ? Ben, par exemple … ???

— Tu es hallucinante (rires). Qu’est-ce qui euh … Ou alors qu’est-ce que moi, je n’arrive pas à faire ?

PAUSE

— OK ! Alors là, il s’est passé un truc de dingue, en fait. Pas de dingue, de particulier.

En fait, pour vous raconter brièvement, on a interrompu la vidéo parce qu’on voulait partager en fait, un exemple de situations vécue, où j’ai été déclenchée par ma fille, en plus !

— Quand on s’énerve sur nos enfants !

— Quand on s’énerve sur nos enfants. Et en fait, j’avais beau chercher, et je dis ça d’une manière sincère, j’avais beau chercher, je ne trouvais pas de situations en fait, où le truc m’énervait à un point où physiquement, que j’étais déclenchée et que je me mettais en colère, etc.

— C’est vrai ?

— Il n’y avait même aucune situation qui lui revenait à l’esprit. Non, je ne vois pas, je ne vois pas…

— Donc, voilà ! Bref, et Caroline, en bon coach, en fait, elle a creusé le truc en posant pas mal de questions, etc. Elle m’a dit, mais il n’y a pas de situations où je ne sais pas une situation qui t’énerve …

— Qu’est-ce qui te met la pression ?

— … qui te met la pression, etc. Bref, en creusant, en creusant, en creusant …

— Où tu te sens mal ?

— Voilà, ça a duré un petit moment quand même, c’est pour ça qu’on a un peu …

Et finalement, on est arrivé à un truc qui pour moi n’était pas non plus un gros, gros problème, mais enfin … Où je disais s’il y a un truc, c’est que j’ai un peu du mal à « lâcher » ma fille, dans le sens où j’ai un peu du mal à ce qu’elle grandisse. C’est-à-dire que là, elle est rentrée dans une phase préadolescence, Et donc, je me dis des fois que j’ai peur qu’elle s’éloigne de moi, qu’on joue moins, qu’on ait moins de moments complices, en fait. Voilà, de perdre en fait, les trucs super qu’on vit depuis plusieurs années, depuis qu’elle est née. Et j’avais peur de ça.

Donc, voilà, on était parties de là, et en fait, elle m’a fait remonter dans le temps, Caroline. Et ça a duré quand même, je ne sais pas …

— bien, une demi-heure, hein ?

— Facile ! Facile, je pense..

— bien quarante minutes, peut-être, oui !

— Oui !

— On avait en fait, une autre caméra-là, et celle-ci, elle est restée allumée. Celle-ci s’est éteinte !

— Oui voilà, elle s’est éteinte et on ne l’a pas rallumée entre temps. Et donc, on va vous partager quand même des extraits de cette vidéo. Ou peut-être qu’on vous mettra l’intégralité, si vous voulez en savoir plus.

Donc, c’est une situation personnelle que je partage. Mais en gros, Caroline, elle est remontée jusqu’à … Je suis remontée, en fait, je me suis reconnectée avec l’enfant que j’étais quand j’avais peut-être, trois ans ou quatre ou cinq ans, je ne sais plus, quoi. Quand j’étais en maternelle, en tous cas.

Et donc, on a revécu toute cette situation. Et en fait, avec l’EFT et avec les questions.

— Parce qu’on stimulait les points, on stimulait les points et …

— En fait, il y avait plein de questions et plein d’exemples de situations qui sont remontées au fur et à mesure. Et en fait, on est remonté au fil du temps, comme ça. Et ça m’a reconnecté avec ces situations que j’avais complètement oubliées, au niveau conscient. Et du coup, ça m’a fait du bien de faire ça parce que ça m’a libéré en fait de ces situations en fait, où j’étais une enfant qui a eu des petites souffrances ou des douleurs, à l’époque. Et qui, aujourd’hui, peut-être, ces situations-là, on peut les lier à ce que je suis en train de partager sur le fait que j’ai du mal à « lâcher » Luce.

— Oui ! C’est ça, il y a un lien avec ton papa, il y a un lien avec ta maman.

En fait, quand on est enfant, on vit des situations qui nous construisent intérieurement puisque ça va dans notre inconscient et notre subconscient.

Et c’est ça qui crée après nos croyances et notre regard sur la vie. Et en fonction de ce qu’on pense. En profondeur, on ne le sait pas, ce sont des schémas inconscients qui sont très profonds.

Donc, on va avoir ces croyances-là qui vont créer en nous des comportements, qui vont créer en nous, des actions, qui engendrent des actions. Et puis, en fait, ces croyances-là aussi créent des émotions. Tout ça, c’est relié, hein ! Croyances, émotions, actions, réactions qui font qui on est.

Et, bon ! Cécile n’a pas du souci particulier avec Luce, mis à part le fait que : « Ah, j’ai du mal à la voir grandir ! » En fait, c’était ça : j’ai du mal à la voir grandir ?

— Oui, voilà !

— C’était difficile, quoi ?

— C’était ça !

— C’était le fait : elle avait du mal à la voir grandir. Et en fait, on s’est retrouvées dans Cécile petite. Qui se sentait petite.

Et quand on va voir ça et puis, qu’on lui redonne l’occasion de se retrouver grande, à ce moment-là… Parce qu’en fait, quand on fait des tapotements comme ça, on fait des corrélations entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit et puis aussi au niveau de la mémoire cellulaire. C’est-à-dire qu’il y a des parties de notre ADN qui entrent en activité par rapport à certaines croyances qu’on a.

Et si la croyance que je suis petite et/ou j’ai peur d’être laissée, ou je ne suis pas à la hauteur et tout ça, se ferme ; et puis, la croyance : ça y est, je suis grande et je suis à la hauteur et je suis pleine de moyens et pleine de ressources, s’active. Évidemment, on ne va pas créer la même vie que si on reste petit et diminué dans ses capacités et ses potentiels.

Et en fait, l’EFT en famille, quand on fait ça avec nos enfants au quotidien, toutes ces petites croyances-là, Imagine si toi, t’avais eu ce truc-là, le jour où t’étais bloquée derrière la porte, là. Si t’avais eu cet outil de tapotements, et bien, cette émotion-là de : « ah, ben, non, je veux être avec ma maman ou je me sens seule, abandonnée et tout ça. » Ça, on aurait pu la fluidifier, en fait.

— Oui ! Oui, oui, c’est vrai.

— Et donc, tu n’aurais pas été la même Cécile qu’aujourd’hui. C’est une super Cécile ! Mais cela aurait agi différemment sur …

— Oui, ça aurait débloqué certaines choses. Sur le moment, je l’aurais mieux vécu aussi.

— Sur le moment, carrément.

— Oui, clairement. Clairement !

— Sur le moment ! Clairement mieux vécu, et puis, ben, du coup, après ce qui déroule derrière vient différemment. Et l’EFT, c’est … En fait, j’ai écrit un livre avec Jean-Christophe du Lot. C’est l’EFT pour les enfants, justement, libérer les émotions et les peurs pour déployer, pour développer une meilleure confiance en soi. Pardon ! Libérer l’émotion et les tensions pour développer une meilleure confiance en soi. Puisque c’est exactement ça ! C’est exactement ce qui se passe.

Au lieu d’être en mode : stress, retenue, diminution. Et bien, c’est plus facile.

— Oui, c’est ça, c’est ça !

— C’est plus facile.

— Et ça, c’est génial ce travail-là, de remonter le temps comme ça, c’est juste énorme, quoi. Alors, je suis encore un peu entre deux eaux.

— Entre deux eaux là, donc, voilà !

— Quel âge as-tu ? (rires)

— J’ai peut-être encore quatre, cinq ans, donc, je vais peut-être remonter encore. Donc, tout va bien. Mais en tous cas, c’est génial.

Donc, tu accompagnes, toi, Caroline, les familles. Pour les gens qui veulent aller un peu plus loin dans l’EFT, avec ton programme Zen en famille.

— Oui !

— Si tu peux juste nous dire dans les grandes lignes en fait, sur ce que tu fais dans ce programme et comment tu accompagnes les parents ?

— Alors, moi, je suis formée à l’EFT. J’accompagne des adultes et aussi des enfants dans les écoles, parce que l’EFT commence à aller aussi dans les écoles, donc, ça va être super !

Donc, en séances individuelles, j’accompagne des adultes. Mais là, dans Zen en famille, l’idée c’est de donner les bases, c’est une initiation approfondie de l’EFT. Pas pour faire de l’EFT thérapeutique, d’accompagnement individuel ; mais pour faire de l’EFT pour une utilisation familiale. Justement, pour fluidifier les grains de sable qui vont venir gripper le quotidien.

Et puis, moi, j’ai vraiment cette vision-là, que : en fait, on crée une enfance à nos enfants ; où dans leurs inconscients, toutes les petites peurs, les petites trouilles, les petites limitations qui sont en fait des grandes paniques quand on est enfant, ne vont pas venir s’incruster en profondeur dans notre inconscient dans le subconscient des enfants.

Et ça, c’est super en fait, d’avoir cet outil-là, quand on a des enfants en bas âges.

— De quel âge à quel âge en fait, on peut … ? Enfin, là, il n’y a pas d’âges, pour l’EFT finalement.

— Il n’y a pas d’âges.

— Mais à partir de quel âge on peut l’utiliser ? Même sur des bébés ?

— Oui ! On peut utiliser l’EFT sur des bébés aussi. Il y a des mamans qui arrivent à aider leurs bébés à mieux dormir la nuit, avec l’EFT. Parce qu’elles aussi, elles en profitent pour se tapoter et à apaiser le stress et la fatigue et le stress qui vont avec. Parce que les parents et les enfants, c’est un peu comme des vases communicants, finalement.

Et donc, ben, en apaisant les parents, ça apaise aussi les enfants. Et en apaisant les enfants, ça apaise les parents. Ça, c’est assez simple, à comprendre finalement.

Et donc, on peut l’utiliser à partir des bébés. Et donc, avec les bébés, on va faire attention différemment. Donc, là aussi, j’en parle dans la formation Zen en famille.

Dans Zen en famille, il y a cinq modules.

— Et petit à petit, je vous montre étape par étape comment est-ce qu’on peut faire un accompagnement EFT, mais en mode cool, quoi. Parce qu’on ne veut pas non plus, être les thérapeutes de nos enfants et tout ça. On veut être des bons accompagnants bien solides, stables émotionnellement. Et donc, évidemment, on travaille sur nous.

Et puis, dans Zen en famille, ben, c’est un peu comme si c’était une ouverture sur l’énergétique avec une initiation des informations au niveau de l’énergie, comment ça circule ? Comment on peut s’en servir ? En tous cas, je sais que les retours que j’ai par rapport à cette formation, c’est que non seulement, alors, les mamans, elles essayent, elles tentent, elles se lancent. Et puis elles arrivent à désamorcer des situations difficiles qui pourraient partir, comme ça ! Comme un feu de pailles et qui créent des cris et des pleurs, des disputes et tout ce qu’on ne veut pas trop. Elles arrivent à désamorcer ça !

Et puis, au fur et à mesure, petit à petit, il y a plus de complicités, plus de sérénités qui s’instaurent, qui s’instaurent dans la famille.

Quand les papas s’y mettent, c’est génial. En plus, c’est ludique. C’est ludique et puis, on peut prendre ça vraiment de façon légère. Au début, on peut peut-être mal à l’aise avec ces tapotements, qu’est-ce que c’est que ça, qu’est-ce qu’on fait ? Et puis quel effet tu as ressenti toi, avec ces tapotements, juste comme ça, physiquement ?

— En fait, ça aide de bouger en même temps et de faire ça en même temps qu’on parle. Et après, c’est facile, quoi ! Tu vois, c’est quelque chose de … C’est simple, quoi !

— C’est simple.

— Et en fait, ça se fait automatiquement, tu te vois dans le miroir quand même, mais bon, je n’ai pas beaucoup pratiqué l’EFT, mais j’ai dû le faire, deux, trois fois, tu vois ? Et du coup, maintenant, c’est facile ! Je sais des points : Poum, poum ! Poum, poum ! Poum, poum ! Poum, poum ! Poum, poum ! Je vais peut-être oublier là ! Là, là ! Là, là !

— Donc, il y a des schémas, il y a des schémas, il y a des doudous, il y a de petites cartes pour se rappeler ces points-là. Et puis, de toute façon, on les trouve partout. On les trouve partout.

Sur mon site Internet, il y a des informations aussi. Et puis, dans Zen en famille, c’est une découverte, c’est ludique ! De toute façon, tant qu’il y aura des choses ludiques, ben, il faut vraiment en profiter.

Et c’est vraiment un outil adapté pour la famille, pour les enfants.

Là, l’idée, c’est de proposer une petite surprise pour les personnes qui ont envie d’aller plus loin.

— Voilà ! En avant, on a envie de se mettre les choses, il faut se tapoter.

Voilà, donc, on va vous partager ça, on vous mettra le lien, en fait sur la vidéo, sous la vidéo, sur les côtés, enfin, voilà !

— Pas très loin !

— Pas très loin de l’écran là ! Donc, merci beaucoup, Caroline, pour ce partage !

— Avec grand plaisir !

— Merci pour cette séance !

— Oui, mais c’est ça découvrir l’EFT ! Oui !

— On mettre le lien aussi vers la vidéo, peut-être qu’on ne mettra pas l’intégralité parce que c’est un peu long. Mais on verra, on va ajuster.

En tous cas, vous pourrez avoir aussi accès à cette vraie séance d’EFT en direct. Donc, voilà, merci beaucoup ! Sur le vif, ce n’était, en plus, pas du tout prévu, donc, voilà ! Je l’ai fait un peu comme ça !

— Comme quoi, quand on n’arrive pas à faire quelque chose, il y a toujours aussi des solutions, il y a toujours un cadeau caché dans quelque chose qui nous met au défi.

— Exactement !

— Merci beaucoup Cécile !

— Merci, au revoir !

— Au revoir, prenez bien soin de vous !

— Bye !

La conférence organisée par Caroline n’est plus disponible. pour recevoir toutes les news à venir, et t’aider à sortir du rapport de force avec tes enfants, inscris-toi à la mailing list en cliquant ici. En t’inscrivant tu reçois gratuitement l’accès au guide “obtenez plus grâce au jeu” et des infos en vidéo et texte exclusives.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.