timidité enfant

Il se cache derrière vous quand vous dîtes bonjour, s’accroche à votre jambe ou à votre main en regardant par terre. Il baisse les yeux quand un adulte lui parle et devient muet. Évidemment en tant que parents, on aimerait que nos enfants se fassent des copains facilement, soient à l’aise quand des amis adultes viennent à la maison, s’expriment facilement en groupe, etc. mais est-ce que c’est vraiment un enfant timide, et comment l’aider ?

Notre enfant est-il vraiment timide ?

Certains enfants sont dits “timides” parce qu’ils sont dans leur petit monde imaginaire, tellement absorbés par leurs jeux, leurs idées, leurs activités qu’ils préfèrent jouer seuls et sont moins intéressés par aller vers les autres.

D’autres sont d’un naturel introverti et ont besoin de passer du temps seuls pour se ressourcer et retrouver l’énergie dont ils ont besoin quand ils sont entourés de monde.

Et puis il y a ceux qui sont très sensibles et affectés par leur environnement.

La vaste majorité des enfants n’est pas naturellement à l’aise dans sa relation aux autres. Chez nous à la maison, notre fille Luce s’exprime, elle parle énormément, elle danse, elle chante, etc. elle est exactement comme vous la voyez dans les vidéos. Mais quand nous sommes en groupe ou entourée de personnes qu’elle connaît pas ou peu, elle se met en retrait, parle peu ou plus du tout et on pourrait la qualifier de “timide”.

En fait elle est comme une vaste majorité d’enfants qui a besoin d’un long moment pour “décongeler”. Personnellement, même si je l’aide avec le jeu et les astuces que je vais partager dans cet article, je sais aussi qu’être à l’aise avec les autres s’apprend avec le temps. Je le sais d’autant que moi même, j’étais mal à l’aise avec les adultes quand j’étais enfant, voire même avec des enfants très extravertis certainement parce que ça me renvoyait vers ma propre image d’enfant plus en retrait, moins en confiance. j’ai mis plusieurs années à prendre confiance et à me sentir vraiment à l’aise. Est-ce que la personne que vous êtes aujourd’hui est la même qu’il y a quelques années ? Vous avez certainement vous aussi changé.

Parfois, on souhaiterait que nos enfants répondent à nos attentes parce qu’on vit dans un monde où l’image des personnes extraverties est valorisée. Pourtant nos enfants plus réservés ou introvertis ont leur place et ont aussi beaucoup à apporter. Dans la mesure où le fait qu’ils soient plus en retrait n’est pas une souffrance pour eux, pourquoi ne pas les aider en douceur à découvrir leur propre chemin ?

Donc ce que j’ai envie de partager avec vous, c’est d’accepter nos enfants comme ils sont et de ne pas trop leur mettre la pression.

Comment Aider un enfant “timide”

Pas de pression

Ne pas mettre la pression ça veut dire ne pas les forcer à dire bonjour ou faire un bisou s’ils n’en ont pas envie parce que ça ne ferait que renforcer la peur et le manque de confiance en eux.

Pas d’étiquette “enfant timide”

Les étiquettes que l’on colle sur nos enfants comme enfant maladroit, enfant timide, enfant peureux, enfant colérique, c’est un peu comme ces étiquettes qu’on a du mal à décoller quand on achète un objet. ça finit par faire partie intégrante de l’objet et on les retrouve parfois plusieurs années plus tard, toujours collées.

Comme si le fait d’être timide était quelque chose de permanent ou un trait de caractère.

Pour l’enfant, cette étiquette “enfant timide” finit par devenir une partie intégrante de qui il est, de son identité. Mais ce n’est pas parce qu’il réagit à des situations spécifiques différemment de ce qu’on attend qu’on doit dire : “c’est un entant timide”. Parce que derrière les mots qu’on leur colle sur le front, nos enfants souffrent. C’est dur pour un enfant d’entendre de la bouche de ses parents qu’il est timide dès qu’il se retrouve en difficulté devant les autres. Si on veut l’aider à prendre confiance, l’aider à mieux communiquer, il faut l’aider à surmonter sa peur et l’aider à comprendre que ce n’est pas un trait de sa personnalité, que chacun peut se sentir mal à l’aise dans certaines situations mais que ça peut changer.

Être un modèle dans notre relation aux autres

Alors bien sûr ce qui aide c’est être soi-même un modèle quand on est à l’extérieur, quand on échange avec les autres. Si on est soi-même mal à l’aise, si on a peur d’être critiquée, ignorée, exclue ou encore humiliée, peut-être que la première étape pour aider nos enfants c’est de nous même affronter nos peurs et nous pousser à sortir de notre zone de confort.
Si vous êtes au contraire à l’aise avec les autres et que vous avez confiance en vous mais que ce n’est pas le cas pour votre enfant, le meilleur moyen de l’aider c’est de faire preuve d’empathie et de compréhension et de le “pousser gentiment” à affronter leurs peurs comme dit Lawrence Cohen.

Intégrer un temps de “décongélation” dans la relation aux autres

Quand on va quelque part et que l’on sait que nos enfants vont avoir besoin d’un quart d’heure ou une demi heure sur nos genoux avant d’aller jouer avec d’autres enfants par exemple, on peut intégrer ce temps de “décongélation” dans notre timing .

Et si vous me suivez v,ous savez que le meilleur moyen d’aider les enfants c’est de parler dans leur langage et ce langage c’est le jeu.
Voici donc 3 jeux à pratiquer pour aider les enfants “timides” qui s’appuient sur 2 outils puissants de la parentalité ludique : l’inversion des rôles et le jeu de rôle

L’objectif de ces jeux c’est de provoquer le rire parce que c’est grâce au rire que nos enfants se libèrent de leurs tensions

JEU #1 : LA PELUCHE TIMIDE

On prend une peluche et on en fait un personnage très timide avec les autres. Notre enfant joue le rôle inverse qui va aider la peluche à prendre confiance.

On peut prendre une situation déjà vécue par notre enfant. Par exemple, on est au parc et il a très envie d’aller jouer avec le petit garçon qui a l’air de bien s’amuser mais reste assis avec nous sur le banc et n’ose pas aller vers lui. On rejoue la scène avec les peluches. La peluche A est très timide et n’ose pas aller vers la peluche B qui elle s’amuse dans l’aire de jeu. Avec notre enfant on va aider la peluche A à aller vers elle.

JEU #2  : PRENDRE LE RÔLE DU PLUS FAIBLE QUI NE SAIT PAS COMMENT S’ADRESSER AUX AUTRES OU COMMENT SE FAIRE DES AMIS

“Heu quand quelqu’un me parle, je dois regarder par terre c’est bien ça ?”
En fonction de ce que notre enfant nous dit : par exemple “mais non tu dois regarder la personne dans les yeux…”
Prendre un air très étonné : “Ah bon !!! regarder la personne dans les yeux ? Alors ça j’y aurais pas pensé, c’est une super idée INCROYABLEMENT FABULOSO !!!!
D’ailleurs on peut répéter des mots rigolos comme ça à chaque fois que notre enfant nous apporte une solution
du moment que ça le fait rire bien sûr 😉 et puis on va favoriser le contact physique en le serrant dans nos bras à chaque fois qu’il trouve une solution.
S’il nous dit qu’il faut lui taper sur sa tête, on peut lui dire “est-ce que tu penses vraiment qu’il va aimer ça… ?”
Il faut bien garder l’objectif en tête de faire rire et de ne pas de faire la morale à nos enfants en leur disant ce qui est bien ou mal parce que dans le jeu tout est permis ou presque 😉

JEU #3 : JOUER LE RÔLE DU SUPER TIMIDE

Lorsque nous sommes dans un lieu public dans lequel notre enfant n’est pas à l’aise pour aller vers les autres, prendre soi-même le rôle de la personne timide.
Je cache mes yeux et je suis effrayée par tout : “Nooon je ne veux pas regarder” et j’encourage mon enfant à retirer ma main en disant : “surtout n’essaie pas de retirer mes mains de mes yeux, je ne veux pas regarder…”. Alors évidemment on veut faire rire notre enfant mais on ne veut pas qu’il ressente ce qu’on fait ou ce qu’on dit comme de la moquerie par rapport à sa propre peur donc on va toujours chercher à le prendre dans nos bras et favoriser le contact physique pour montrer notre affection et rester dans le jeu.

Dans cette vidéo, je réponds à la question de Maria, maman de 2 enfants :

Ma première fille (5 ans) est réservée et observatrice. Elle agit avec beaucoup de précaution, même avec un peu de peur. Donc pour se sentir à l’aise dans une nouvelle ambiance il lui faut bien quelque temps.
Bien sur tout l’entourage qualifie tout de suite de timide un enfant qui ne veut pas dire bonjour (“Tu fais la timide?”). Au début ça m’embêtait car je ne voulais pas des étiquettes qui renforcent un comportement et au fur et à mesure on s’accommode tous avec l’étiquette qui sert à justifier des réactions.
Le problème maintenant c’est que ma deuxième fille (3 ans) qui prend en modèle sa sœur ainée commence à réagir de la même manière qu’elle.
Comment faire ?? Avez vous des conseils pour ces situations? J’ai déjà lu (et mis en pratique) vos conseils sur les jeux de la bagarre 🙂
Merci d’avance!
Maria

Dîtes moi dans les commentaires dans quelle(s) situation(s) vos enfants sont “timides”.

A vous de jouer !

Cecile

 

Cet article a 7 commentaires

  1. Ferrara Tamara

    Bonjour,
    ma fille de 4 ans n’est pas du tout timide mais refuse de dire bonjour et au revoir. Elle part en courant dès que quelqu’un veut lui dire bonjour, alors que si on n’essaie pas de le faire elle va entamer la conversation avec la personne tout naturellement. Je lui ai déjà expliqué qu’elle n’était absolument pas obligée de donner un bisou à qui que ce soit mais qu’elle pouvait dire le mot “bonjour” car ça ferait plaisir à la personne et que c’était important pour avoir de bonnes relations avec les autres. Mais rien à faire, elle refuse, elle dit qu’elle n’aime pas dire bonjour et au revoir. Évidemment, certaines personnes de ma famille empirent les choses en lui disant des trucs du genre “si tu ne me dis pas bonjour je ne t’apporte plus de cadeaux/ je ne t’emmènerais plus au parc,….” Je ne sais plus comment réagir ni vis à vis d’elle ni vis à vis des autres. Lors des jeux de rôle avec des playmobils ou des peluches ça ne la dérange pas de faire dire bonjour à ses personnages. Si j’inverse les rôles et que mon personnage part en courant elle lui court après et l’embrasse de force (elle fait ce que certains font avec elle).

    1. Cécile

      Bonjour Tamara, notre entourage ne réagit pas toujours comme on voudrait et c’est vrai que c’est pas facile et que l’on a parfois besoin de leur dire pourquoi on fait ou dit certaines choses à nos enfants, expliquer pourquoi c’est important pour nous et pour nos enfants (vous pouvez leur faire lire l’article ;)… en même temps votre fille sera toute sa vie confrontée à des façons de faire différentes selon les personnes qu’elle fréquentera. Quand vous inversez les rôles et qu’elle reproduit les bisous de force, c’est pour moi aussi une façon de se guérir de ce qu’elle vit. personnellement je continuerai à ne pas la forcer à faire de bisous et même à dire bonjour pour que ça ne devienne pas un enjeu et un point de blocage et je ferais en sorte d’être un exemple pour elle dans ma relation aux autres et à continuer à jouer. N’hésitez pas revenir ici pour nous tenir au courant de l’évolution 😉 merci, cecile

  2. Ibtihel

    Bonjour, ma petite a 4 ans, elle parle doucement. Quand on est au parc elle veut jouer mais elle n’ ose pas d’aller. D’abord elle me parle dans les oreilles, elle dit :viens avec moi, elle cache derrière moi, moi et mon mari on essaie de l’encourager. Merci beaucoup. je prends en charge vos conseils

    Bon courage

  3. Grassi

    Bonjour… mon fils de 4 ans et demi est timide et réservé… a l ecole il n ose pas prendre la parole il n ose meme pas dire qu il a envie d aller au toilette… il a un tres bon copain et a beaucoup de mal a s ouvrir aux autres… il a peur de faire des choses ou demander des choses au adultes il me demande de le faire pour lui.. il a peur d aller vers les autres il n.ose pas…

  4. Magali

    Bonjour
    Mon fils de 2ans et demi est timide avec les enfants il ne pas aller vers eux pour jouer.. de même dans un endroit qui connaît pas il reste proche de moi et la nounou il veux pas leur parler. Par contre quand on se balade dans la rue il fait coucou aux adultes il leur parle….. je sais pas trop quoi d’ Penser et cela m’inquiete Car la rentrée approche

    1. Cécile

      Bonjour,
      La première chose Magali c’est justement de faire confiance à son enfant. Il n’est pas grave d’être introverti même si la société valorise plus les tempéraments extraverti. Il est observateur, se met en retrait et prend son temps ? il choisira surement plus avec soin les enfants avec lesquels il va jouer mais quoi qu’il en soit, tu peux aussi compter sur les autres enfants pour faire le premier pas. D’autres iront vers lui. Comme beaucoup d’enfants qui n’ont pas encore vécu la vie en collectivité, il peut se montrer réservé ou impressionné devant un groupe d’enfant, qui ne le serait pas ? imagine que tu n’ai vécu qu’en famille et que tout à coup on t’emmène dans une salle pleine d’inconnus ? c’est probablement ce que beaucoup d’enfants ressentent à leur première rentrée des classe mais à la fin de la journée ces inconnus ne le sont plus et les choses changent vite. Tu peux pour l’aider le visualiser en situation de “réussite”, c’est à dire entouré d’enfants, en train de jouer sereinement, sans appréhension. En faisant cet exercice régulièrement tu va acquérir cette confiance en ses compétences sociales et lorsque tu l’accompagneras dans un moment de sociabilisation il ressentira cette confiance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.